bureau
19
réactions

Sondages : L’islamophobie par le chiffre?

En France, cela fait bien longtemps que le sondage fait office de referendum. Si bien (ou plutôt si mal) que les responsables de partis et le gouvernement ne s’appliquent plus à faire de la politique, mais plutôt à produire de l’opinion. Ce sont deux choses différentes. Cette instrumentalisation du chiffre dans la légitimation des discours (puis des actions) politiques est disproportionnée dès qu’il s’agit de l’islam et des musulmans.

Les médias produisent chaque semaine des chiffres censés montrer à quel point les musulmans sont indésirables et normaliser,  tout en se cachant derrière l’objectivisme du chiffre, leur mise à l’écart et leur problématisation.

Ainsi, lorsqu’on nous explique que « 74% des Français ont une opinion négative de l’islam et des musulmans », ce n’est pas réellement le niveau de racisme des Français que l’on mesure, mais la performance d’un discours politique et médiatique tendant à présenter la musulmans comme un problème. Leur légitimité est questionnée… et dès lors questionnable. On qualifie de sondage ou d’étude des objets d’opinion et des formes de consultation qui ne respectent souvent pas le strict minimum en matière de méthodologie statistique. La plupart des questions ouvertes au public sur des sites d’information font partie de cette catégorie.

Les médias sont une projection co-intégrée de la réalité.

Projection, car ils choisissent d’ignorer, de minimiser ou d’amplifier les « informations » qu’ils produisent, proposant ainsi à leur audience une narration déformée de la réalité, à travers laquelle le journaliste, structurellement subjectif (tout en se réclamant verbalement objectif) projette ce qu’il est et ce qu’il pense sur ce qu’il voit, avant de produire ce qu’il dit. C’est donc en tant que récit qu’il faut recevoir la production médiatique.

Co-intégrée, car le réel et le récit que les médias en produisent s’influencent mutuellement, l’un intégrant l’autre dans une mécanique cyclique qui s’auto-alimente : les discours politiques et médiatiques produisent de l’opinion, qui produit du réel, qui  produit des actions, que les médias décrivent en produisant du discours…

La production d’un discours problématique à propos des Roms, des migrants ou des musulmans génère les réalités qu’elle est censée décrire. La responsabilité des médias dans la normalisation du racisme dont ces groupes sont la cible est donc pleinement engagée, non moins que celle des personnalités politiques ou de ceux qui produisent les discriminations.

Hier, France Télévision a jugé utile de lancer un sondage posant la question suivante :

Etre licencié pour port du voile au travail vous choque-t-il ?

Le matin, une majorité de personnes (autour de 66%) exprimaient leur réponse : NON. Puis, au fil de la journée, à mesure que le sondage se diffusait, les chiffres ont basculé. En fin de journée, si l’on en croit les chiffres : 83% des personnes qui ont choisi de s’exprimer se sont déclarées choquées par une telle idée, réaffirmant leur rejet du racisme et de la discrimination, soit plus de 108 000 personnes en quelques heures. Il semble y avoir eu une large mobilisation autour de ce sondage, puis un bond numérique inexpliqué dans les dernières heures.

Fait exceptionnel : France 3 a choisi de ne pas utiliser le résultat du sondage, censurant purement et simplement l’opinion exprimée par les internautes dès lors qu’elle rompait avec un discours politique préempté et massivement polarisé contre les musulmans, comme le notent à juste titre Amnesty International, le Conseil de l’Europe ou l’ONU. A l’antenne, pour justifier cette censure, on parle d’anomalie et de piratage.

En images, ça donne ceci:

 

Ce choix engage la responsabilité de cette chaîne de service public, censée faire preuve d’objectivité et produire une information qui permet au public de comprendre les enjeux de notre temps, tout en prenant une certaine distance vis à vis du discours politique contemporain, comme tentent de le faire chaque jour de nombreux journalistes au sein même de leur rédaction. Cette responsabilité n’inclut pas de choisir ce qui relève de la bonne ou de la mauvaise opinion. Et s’il existe bel et bien une anomalie en France, elle réside plutôt dans la normalisation du discours islamophobe, jusque dans les rédactions des médias de service public, qui ne sont plus choqués par les discours de l’extrême Droite, mais se retrouvent dans le malaise et l’incompréhension quand des dizaines de milliers d’internautes disent non aux discriminations.

S’il y a effectivement eu piratage, quelle proportion représente-t-il sur les 108 000 opinions exprimées pour le OUI, quelles en sont les raisons et quels sont les résultats réels, une fois les corrections effectuées? Si par contre il s’agit d’une censure pure et simple, quels en sont les motifs?

Dans l’hypothèse d’un piratage, même partiel, de ce sondage, les conséquences ne sont pas moins graves, puisqu’elles exposeraient un groupe de service public à l’instrumentalisation de chiffres qui produisent des effets bien réels sur l’opinion. L’absence d’algorithmes de détection et de correction dans ce type de sondages devrait alerter plus d’un observateur. Ou au minimum, amener les rédactions à poser une vraie réflexion autour de la méthodologie utilisée dans la production de ce genre de chiffres. On note que la progression numérique en faveur du OUI a été continue dans le temps pour une large partie de la journée, atteignant 67% pour 45000 votants, avant d’être accentué par des dizaines de milliers de votes supplémentaires, tardivement dans la journée. Si piratage il y a eu, c’est donc sur ces derniers votes qu’il a porté, produisant ainsi un effet d’accentuation, et non de basculement de l’opinion. Par ailleurs, un tel afflux de votes circonscrits dans le temps est clairement identifiable et peut faire l’objet de corrections.

Il y a donc deux enseignements majeurs à tirer de ce sondage :

1) La question posée induit un schéma de représentation : elle suppose qu’il est possible (et donc discutable) de discriminer une femme portant un foulard au travail, comme si le respect des libertés fondamentales était soumis à l’opinion et pouvait être négocié dès lors que l’on s’adresse à des musulmans. D’un point de vue juridique, cette question est identique aux suivantes :

Etre licencié pour port d’une kippa vous choque-t-il ?

La discrimination religieuse au travail vous choque-t-elle ?

Peut-on renvoyer quelqu’un au motif de son apparence ou de son appartenance religieuse ?

Ces différences de formulation adressent la même réalité, mais il est à prévoir qu’elles auraient abouti à des réponses sensiblement différentes. La marginalisation des musulmans en tant que groupe est telle qu’il faut reformuler les discours dont ils sont la cible en remplaçant « musulmans » par « juifs », « noirs » ou « femmes » pour réaliser à quel point ils sont violents. Le choix de cette forme de questionnement par France Télévision n’est donc absolument pas neutre, qu’elle soit consciente ou non.

2) Le sondage est instrumentalisé au service d’un discours politique, qu’il soit assumé ou non, consenti ou non. De la même manière, l’affaire Babyloup montre à quel point la loi peut être utilisée comme un instrument de domination : soit elle s’exprime en faveur des puissants et il faut la respecter, soit elle s’exprime en faveur des victimes et il faut la changer. Ainsi, les sondages d’opinion, rarement questionnés dans leur méthodologie, sont bons à produire dès lors qu’ils s’inscrivent dans le discours dominant mais seraient perçus comme des anomalies dès lors qu’ils viendraient mettre en cause ce même discours.

La loi, la méthodologie de sondage, le service publique et le travail journalistique sont choqués (au sens expérimental du terme : confrontés à une anomalie mettant en risque leur système) par la situation actuelle et les tensions, politiques, identitaires et sociales, que nous traversons.

Cette façon disruptive de mettre en suspens les libertés fondamentales et l’intégrité des uns et des autres dès lors qu’il s’agit des musulmans porte un nom : un état d’exception.

Il convient de poser à France Télévision trois questions :

Pourquoi produire des sondages qui induisent chez nos concitoyens l’idée que les musulmans (en l’occurrence les femmes voilées) posent problème, rendant le respect de leurs libertés fondamentales presque conditionnel ?

Sur quelle base publier ou censurer le résultat des sondages ?

Si piratage il y a eu, quelle ampleur joue-t-il dans le basculement du sondage, quels sont les résultats réels et quelle réflexion méthodologique est-elle mise en place pour se protéger d’instrumentalisations possibles?

En tant qu’usagers du service public et payeurs d’une redevance annuelle finançant France Télévision, chaque citoyen peut (et doit) demander des comptes sur le traitement journalistique (ou politique) qui nous est produit, à un moment où ce pays bascule, sans s’en émouvoir outre mesure, chaque jour un peu plus dans le populisme.

_

Pour contacter le CSA, vous pouvez utiliser ce lien. Vous pouvez également contacter les médiateurs de France Télévision pour demander des explications et faire part de vos commentaires. 

_

Addendum 12h34: Plusieurs sources confirment un piratage numérique du sondage dans les dernières heures, dans une proportion non négligeable. Cette action a amplifié le score en faveur du OUI, sans être la source du basculement. Cela ne vient aucunement remettre en question l’analyse produite dans cet article, ni les interrogations qu’il pose, notamment sur tout l’aspect méthodologique des sondages. 





Réactions


  1. Par Elyess2Creil le 28 novembre 2013 à 11:15

    Le fait que les résultats étaient pourtant « favorables » à certains idéaux et valeurs que nous défendons ne doit pas nous induire en erreur car les sondages sont par nature une manipulation qui obéit à divers intérêts politique … Un fantasme démocratique en somme … ‘ l islamophobie augmente chaque jour …

    « L’opinion publique n’existe pas »

    [Répondre]


  2. Par David le 28 novembre 2013 à 11:51

    Hier l’étoile jaune, aujourd’hui le voile. La France ne changera t elle jamais ?

    [Répondre]

    réponse de bilal

    très bien dit ! tellement vrai

    [Répondre]


  3. Par Marie le 28 novembre 2013 à 12:10

    Merci david pour votre commentaire cest exactement ca!
    La france est rasciste cest tres grave de persecute des populations ainsi quelle soit juive musulmane chretienne ou autre!
    Le tour des musulmans est arrive! Qui sera le prochain??
    La nounou de ma fille est musulmane pratiquante et voile je suis tres heureuse quelle soccupe de ma fille elle le fait si bien!!!
    Pas un jt sans quon parle des musulmans et des pseudos musulmans sachez que lislam interdit le meurtre les attentats et autre acte barbare que vous collez a cet communaute ARABE NEST PAS MUSULMAN SACHEZ LE!!!!

    [Répondre]

    réponse de Rokaya

    Merci Marie tu as si bien résumé la réalité du pays je pense même que c’est de pire en pire. il y a beaucoup de méconnaissance de notre religion l’islam qui est une religion de paix de science d’amour …
    Beaucoup d’amalgame sont fait entre musulmans arabe étrangers terroriste islamiste al qaïda …
    Enfin bon courage à tous mes frères et sœurs dans ces épreuves et merci à tous les bons musulmans qui ont un regard objectif

    [Répondre]

    réponse de Fahmidha TADJOUDINE

    Racisme ne veut pas forcément dire ne pas aimer une nationalité … Ne pas aimer ou même avoir la haine contre des personnes pour des raisons ethniques physiques ou religieuses, aucune différence, c’est du racisme .

    [Répondre]


  4. Par Mooslim-Univers le 28 novembre 2013 à 15:03

    Salam alaykum,

    La réaction en direct est choquante, j’espère que le nombre de réaction aujourd’hui fera sortir la chaîne de son silence pour nous expliquer il non pas voulu donner un chiffre, c’est pourtant très simple.
    Si il trouve qu’il y a eu une « grosse activité » ce soir la sur leur site c’est une bonne chose, c’est signe que les français veulent donner leurs avis sur le sujet…. Peut être qu’ils ne s’agit pas des bons français pour france Tv .

    [Répondre]


  5. Par Xavier le 28 novembre 2013 à 15:49

    Si je peux me permettre juste un petit troll pas bien méchant (je crois) : mettre en parallèle « racisme » et religion est un peu maladroit non ? Les musulmans, au même titre que les chrétiens, juifs, bouddhistes, etc., peuvent a priori appartenir à n’importe quelle nationalité ?

    Je n’essaie pas de défendre qui que ce soit ici, qu’on soit bien d’accord. Mais pour moi, être raciste, antisémite, islamophobe, ou même christianophobe sont des choses complètement différentes, qu’on ne devrait pas amalgamer.

    [Répondre]


  6. Par mivy le 28 novembre 2013 à 16:58

    La France a une tradition de neutralité dans son enseignement.
    Elle a interdit les religieux chrétiens en habit de moine ou de soeur, elle a proscrit le port du chapeau y compris de la kippa depuis longtemps, elle fait de même avec la tenue islamique.
    Ces mesures dans les écoles, contrairement à ce que laisse supposer votre graphique, sont très généralement approuvées par l’opinion.
    Nos maîtres ne veulent voir que des enfants, pas des musulmans, des chrétiens, des je ne sais quoi, ils veulent que toutes les filles fassent du sport, que l’éducation soit la même pour tous. C’est notre esprit Jacobin.
    Au sujet des juifs la doctrine a été fixée : « Tout donner en tant qu’individu, rien donner en tant que peuple » c’est la même philosophie qui s’applique aux musulmans. On les accepte comme ministre, mais on refuse toute revendication collective.

    [Répondre]

    réponse de Fahmidha TADJOUDINE

    Fêter Noël dans les écoles n’est pas collectif pour vous ? Et Noël est bien une fête chrétienne ? Si on est d’accord, pourquoi le voile serait interdit autant que « revendication colletive » ? C’est soit on bani TOUT signes religieux de TOUTES les religions, soit on accepte tout.
    Je suis d’accord avec vous sur le fait que la religion se pratique dans la sphère privée et non dans la sphère publique, mais … alors fêtez Noël chez vous au lieu d’ancrer cette tradition dans la tête des enfants issus de famille musulmane (surtout quand ils ont des cadeaux on connait très bien les enfants, ils aiment ça)
    Selon moi, si on fait le parallèle entee fêter Noël et port du voile, il n’y a aucune différence. Peut être la seule, serai que fêter Noël influent les enfants beaucoup plus que le port du voile. Ce n’est pas ma voisine que 8ans qui va vouloir porter le voile comme moi quand je vais l’aider pour ces devoirs chez elle, surtout que les enfants et les ados aiment se mettre en valeur, comme par exemple avec les cheuveux pour les filles, ce n’est pas ces filles là qui vont porter le voile JUSTE parce que la maîtresse le fait ou que la nounou le fait …

    [Répondre]


  7. Par caro le 28 novembre 2013 à 17:49

    La France étant un pays athée ceux qui travaille dans un lieu public ( par exemple les hôpitaux publics). Donc le voile est interdite au même titre que la kippa que la croix chrétienne (elle ne doit pas être visible) etc….alors oui si la personne ne respecte pas les conditions de travail il est normal d être licencié (après plusieurs avertissement) donc ce sondage n est pas exploitable pour parler d islamophobie ou non

    Il y a également amalgame entre voile et islam. On peut très bien être musulmane sans porter le voile. Alors ce n est pas par ce que quelqu’un est contre le voile pour différentes raisons qu il est contre la religion.

    [Répondre]

    réponse de Rakia

    La question ici relève du domaine prive et non du domaine public. La crèche babyloup à l’origine de cette énième polémique est une entreprise privée et non publique. Aussi ton commentaire est hors sujet lorsque tu nous parles des hôpitaux. Par ailleurs, lorsque des pauvres mamans un peu basanées font le ménage le matin à 6h du mat´Dans les bureaux, cela ne dérange personne qu’elles portent un voile.
    Enfin, la question n’est pas d’être musulmane avec ou sans voile. Le problème est que nous vivons dans une société guidée par la peur et animée tous les jours par l’islamophobie. Cette situation a pour conséquences de tout faire pour réduire nos libertés individuelles. Je parle bien de liberté ! Car lorsqu’une femme vient avec un décolleté à en faire rougir plus d’un ou un homme car c’est aussi tendance maintenant, elle est libre de le faire quand bien même ça me choque. Alors pourquoi si une femme décidé de se couvrir la tête cela devrait déranger. Et n’allez pas me dire quelle affiche sa religion car d’une part, le voile n’est pas spécifique à la religion musulmane (ouvrez une bible et vous verrez) et d’autre part lorsque vous vous appelez Mohamed en général que vous le soyez ou non, on vous a cataloguez musulmans aujourd’hui. Alors qu’est ce qu’on nous prévoit demain ? Interdiction de s’appeler Mohamed ou Fatima ? (Ça me rappelle une intervention de Zemmour … Beurk!)
    Enfin bref. Que d’énergie perdue par ces gens la. Mais c’est pas grave, le nombre de musulmans continue d’augmenter 🙂 grâce à Dieu 🙂

    [Répondre]


  8. Par Celine le 28 novembre 2013 à 18:06

    Je vis aux Pays-Bas depuis 6 Ans, j’ai bien vu la difference . Ici le voila n’a pas d’inportante, à la banque, mairie, à la caisse, professeurs… portent le voile.
    La France a vraiment un gros problème avec ca! Le rascisme…

    [Répondre]


  9. Par Ach le 28 novembre 2013 à 20:26

    Je ne comprend pas qu’on puisse s’arrêter sur un bout de tissu recouvrant des cheveux. Quelle futilité. Un employeur engage une personne pour ses compétences et non ses origines, sa religion ou que sais je. Bien qu’il pourrait être visible, je vois pas en quoi ça dérange. Bien au contraire, je pense que ce serait une richesse de collaborer ensemble avec des religions, origines différentes qui font de nous ce que nous sommes. On apprendrait beaucoup plus des autres, et on aurait l’esprit beaucoup ouvert, je pense…

    [Répondre]


  10. Par khadija le 28 novembre 2013 à 21:47

    Analyse super intéressante de ces pseudos sondages surtout de la part d’un statisticien comme vous Mohammed.
    La question qu’il faut réellement se poser n’est pas de savoir si être licencié pour port du voile nous choque t-il? mais plutôt comment et pourquoi on nourrit l’islamophobie par ce genre de sondage bâtard !!!!
    J’espère qu’on sera encore beaucoup plus nombreux et réactif pour les prochains votes mais cette fois-ci dans les urnes électorales !!!

    [Répondre]


  11. Par ElKaddouri Nabil le 28 novembre 2013 à 23:50

    Toujours à chercher ce qui nous séparent au lieu de chercher se qui nous unie –‘ triste réaliter

    [Répondre]


  12. Par Lily-prime le 29 novembre 2013 à 9:56

    En fait la France nous dit. Cachez votre appartenance religieuse
    Car sinon nou ne sommes pas responsable des actes ´antisemitisme islamo phobie ou autre qui en découlerai
    La France doit faire avec les religions et accepter tout le monde .
    Parceque en cachant les signes religieux elle cherche à cacher sa non acceptation de l’autre.
    USA , Angleterre Pays bas … Y arrivent très bien

    [Répondre]


  13. Par khalid le 30 novembre 2013 à 10:41

    France 3 a eu le bon réflexe journalistique: temporiser, analyser, croiser les sources….
    Ce qui est choquant, c’est qu’on est pas habitué à ce qu’ils le fassent…

    [Répondre]


  14. Par Le Bien Pensant le 3 décembre 2013 à 13:23

    Tous les sondages sur Internet sont faux. Pas forcément truqués par ceux qui les lancent mais surtout parce qu’ils ne correspondent en rien à un échantillon représentatif de la population. L’extrême-droite est très active sur Internet et sait parfaitement se mobiliser pour voter en masse (de la même façon qu’elle sait être omniprésente dans les commentaires et forums de grands médias). Et quand on sait qu’il est aussi très facile de voter plusieurs fois…

    [Répondre]